Entreprise Habitat
Le Guide de l'Étudiant

Le Guide de l'Étudiant de Lyon

(Aller sur le site de Grenoble)

Orientation

Les formations universitaires traditionnelles

Les diplômes « LMD »

L’harmonisation européenne des diplômes concerne aujourd’hui 32 pays. L’ensemble des universités a pour but d’atteindre cet objectif à l’horizon 2010. En effet les derniers pays à avoir rejoint la communauté européenne doivent eux aussi adapter leur offre de formation selon une architecture LMD : licence (bac + 3), master (bac + 5), doctorat (bac + 8).

L’ambition est d’une part de permettre une plus grande lisibilité des diplômes dans tous les pays européens ; et d’autre part de faciliter la mobilité des étudiants d’un pays à l’autre. Aujourd’hui en France toutes les universités proposent leurs cursus de formation selon le modèle européen et l’intérêt réside aussi dans le rapprochement des filières de formation notamment entre les grandes écoles et les universités qui toutes deux délivrent désormais des licences et des masters.

L’évolution des diplômes, la création et surtout la reconnaissance de diplômes nouveaux, communs entre universités de pays différents, ont offert de plus grandes possibilités en matière de formations et de parcours possibles au sein des universités, en France et en Europe. Aujourd’hui on compte presque 400 licences et environ 500 masters, évidemment il vous faudra faire un choix parmi toutes ces offres de formation pour retenir le parcours qui s’ajustera le mieux à votre projet professionnel.

Une orientation réussie comme premier objectif

Vous l’aurez compris, la réforme LMD a dopé l’offre européenne de formation donc il est primordial de réussir son orientation. Une des premières causes de l’échec à l’université demeure une mauvaise orientation. Il faut impérativement être acteur de son orientation. Une plus grande liberté vous est donnée pour choisir les unités d’enseignement qui composeront votre cursus et votre parcours de formation. Cependant cette plus grande liberté implique aussi plus de responsabilité quant à ses choix. Pour réussir convenablement son orientation il faut se documenter et rassembler un maximum d’informations. Les structures existent comme les SCUIO (les services universitaires d’information et d’orientation) que vous pouvez contacter. Les CIO sont aussi à votre service pour vous aider. N’oubliez pas les « journées du lycéens » ou les « journées portes ouvertes » qui peuvent vous permettre de découvrir de nouvelles filières, de poser toutes vos questions, et souvent de rencontrer des étudiants actuellement en formation qui vous apporteront une vision concrète. Et surtout si l’information vous manque n’hésitez pas à contacter directement l’université envisagée. Vous devez construire votre parcours d’orientation en vue d’un projet professionnel. Plus votre recherche d’information sera élaborée et complète, plus vous aurez de chance de construire un parcours cohérent et bien sûr de réussir à l’université. 


retour en haut

Le LMD

La nouvelle architecture des études de l'enseignement supérieur s'articule autour de 3 grades ou niveaux de sortie :

L : licence (bac + 3)
M : master (bac + 5)
D : doctorat (bac + 8)

L'offre de formation est structurée en domaines de formation qui correspondent aux champs de compétences de l'université. Par exemple en licence : Arts ; Droit, Economie, Gestion ; Lettres et langues ; Sciences humaines et sciences sociales ; Mathématiques, informatique et technologies. Dans chaque domaine, on retrouve des mentions de Licence (ex Biologie) elles mêmes déclinées en spécialités de Licence (ex Biologie cellulaire et Sciences de la terre…). Le diplôme obtenu portera le nom de la mention, éventuellement de la spécialité. Le supplément au diplôme comprend une annexe descriptive dite « supplément au diplôme » qui est délivrée afin de présenter le détail des connaissances. Le supplément au diplôme assure la lisibilité des connaissances et aptitudes acquises dans le cadre de la mobilité internationale. En outre, le master comporte une voie recherche ou une voie professionnelle.

L’organisation des études en système ECTS

Une nouvelle organisation, inspirée du système européen de transfert de crédits (ECTS en anglais), découpe les cursus non en années universitaires, mais en semestres et crédits européens (un semestre est équivalent à 30 crédits). Les crédits représentent un volume d’heures, de cours, de TD, de TP et de travail personnel. Ils peuvent aussi valider un stage, un séjour à l’étranger. Ces crédits constituent une monnaie d’échange (c’est « l’euro des universités ») : ils sont transférables d’une formation et d’une université à l’autre en France comme à l’étranger. Ils sont capitalisables, c’est-à-dire définitivement acquis. Les cursus d’études sont découpés en unités de valeur définies en crédits européens et organisés sous forme de parcours personnalisés, que l’on peut effectuer en formation initiale ou continue. Ces parcours comprennent des unités d’enseignement (UE) obligatoires, d’autres optionnelles et enfin des unités choisies librement par l’étudiant. Chaque UE est affectée d’un coefficient et d’un crédit.
A chaque grade correspond un nombre d'ECTS.

  • Licence (6 semestres) 180 ECTS
  • Master (4 semestres) 120 ECTS supplémentaires soit 300
  • Doctorat (6 semestres) 180 ECTS supplémentaires soit 480

L'étudiant peut donc désormais construire son parcours de formation en fonction de son projet personnel et professionnel souvent avec l'aide de l'équipe pédagogique du diplôme.
Cet accompagnement de l'étudiant a pour but de : faciliter son orientation progressive, assurer la cohérence pédagogique de son parcours, augmenter ses chances de réussite et d'insertion professionnelle. Les étudiants peuvent obtenir un diplôme à leur propre rythme, en France et à l’étranger. Les bifurcations en cours d’études deviennent possibles et les réorientations s’en trouvent facilitées.

La licence

Organisée en six semestres (L1, L2, L3), la formation associe à des degrés divers selon les parcours, des enseignements théoriques, méthodologiques, pratiques et appliqués. Elle peut comprendre des éléments de pré professionnalisation, professionnalisation, des projets individuels ou collectifs et un ou plusieurs stages. La licence complète permet d’accéder au master. Parallèlement à la nouvelle licence, le DEUG est maintenu. Diplôme intermédiaire, il peut être délivré à la demande de l’étudiant à l’issue du quatrième semestre de licence et correspond à 120 crédits. Cette situation est probablement transitoire.

Le master

Le master est à la fois un grade et un diplôme. Le grade de master est conféré de plein droit aux titulaires de 3e cycle ancienne manière (DEA, DESS) ou aux diplômés d’écoles d’ingénieurs. Les autres diplômes à bac + 5 (écoles de commerce, DRT, magistère…) se voient octroyer le grade de master après aval de la commission d’habilitation des masters.

À l’université, le master (M1, M2) se déroule en 4 semestres, après la licence.
Pour l’obtenir, il faut 120 crédits supplémentaires. Le master équivaut plus ou moins aux anciens DEA et DESS et comporte deux orientations : master recherche et master pro. L’ancienne maîtrise, diplôme intermédiaire et donc première année du master, est délivrée à l’issue du deuxième semestre de master. Elle correspond à 60 crédits après la licence.

Les masters se déclinent sous forme de noms de domaines, de mentions et de spécialités. Le choix des noms de domaines doit permettre à l’université d’afficher les axes majeurs de sa politique et de ses compétences et se réfère aux grands champs de recherche et de formation (sciences, technologies…). À l’intérieur du domaine, les mentions reflètent les compétences disciplinaires et professionnelles acquises par l’étudiant au cours du cycle de master. Leurs intitulés peuvent faire référence à des disciplines, à une association de disciplines ou à des champs professionnels. Les spécialités, quant à elles, mettent l’accent sur certaines spécificités des mentions.

Le doctorat

Les titulaires d’un master recherche peuvent préparer ensuite une thèse de doctorat. Cette dernière est le résultat d’un travail de recherche prévu en 6 semestres ou 180 crédits ; soit un total de 480 depuis l’obtention du baccalauréat et l’entrée dans l’enseignement supérieur.

À noter : Les diplômes intermédiaires DEUG (bac + 2) et maîtrise (bac + 4) continuent d’être délivrés uniquement sur demande de l'étudiant.

L’organisation des enseignements

Les cours : Ils constituent la base de l'enseignement et réunissent au maximum 200 étudiants dans un même amphithéâtre.

Les travaux Dirigés (TD) : Ils sont destinés à illustrer et compléter les cours magistraux. La participation y est essentielle (32 étudiants par groupe). La présence de l'étudiant y est obligatoire, les étudiants ont à préparer chez eux des exercices ou différents travaux à l'aide de documents.

Les Travaux Pratiques (TP) : Ils offrent l'opportunité de faire le lien entre la théorie et l'application (16 étudiants par groupe). La présence de l'étudiant y est obligatoire. 

Le contrôle des connaissances

Le contrôle des connaissances peut prendre la forme de :
Contrôle Continu : Sans document, sous forme d'un examen de courte durée examen et compte rendu de TP : contrôle régulier effectué sur les Travaux Pratiques du semestre et/ou épreuve en fin de semestre.
Examen Intermédiaire : Un examen à mi-parcours de chaque semestre évalue le niveau de l'étudiant (novembre et avril).
Examen Terminal : Examen qui clôture le semestre et qui porte sur l'ensemble du programme.

L’acquisition d’une année

Elle peut se faire soit par capitalisation : toutes les UE (unité d'enseignement) composant l'année ont été acquises ; soit par compensation : la moyenne pondérée des notes de l'UE composant l'année est supérieure ou égale à 10/20.

Dans certain cas la réforme LMD fait cohabiter anciens et nouveaux diplômes. Il est donc encore nécessaire de savoir comment fonctionnaient les anciens cursus pour anticiper leur évolution actuelle et prochaine. Traditionnellement, l’enseignement universitaire français était organisé en trois cycles d’études successifs, chacun étant sanctionné par un ou des diplômes nationaux (DEUG, licence, maîtrise, DESS ou DEA). En développant parallèlement des formations professionnalisées telles que les licences professionnelles (plus de 1215 aujourd’hui !), les MST, MSG, magistères ou IUP, l’université offre de véritables portes de sortie et d’entrée dans la vie active à ses diplômés. Aujourd’hui, la mise en place de la réforme LMD devrait encore améliorer le système. Pour l’heure, les nouveaux diplômes issus de la réforme et certains diplômes nationaux intermédiaires cohabitent et sont également reconnus.

À vous de trouver la formation et l’itinéraire qui vous conviennent en privilégiant les diplômes les mieux adaptés à votre projet professionnel. Sur le terrain, attendez-vous à rencontrer différents cas de figures : cohabitations entre anciens et nouveaux diplômes, compétition entre universités sur certains segments de formation. Nous décrivons ici l’offre de formation dans ses deux composantes : filières classiques “LMD” et professionnelles, telles qu’elles existent actuellement.

Un étudiant averti en vaut deux !
Pour vous éviter certaines déconvenues, nous vous conseillons d’être vigilant quant aux intitulés des enseignements proposés d’une université à l’autre. Des intitulés différents de formation peuvent renvoyer à des contenus semblables suivant les universités considérées. Ces dernières sont libres de libeller comme elles l’entendent les intitulés des formations qu’elles proposent. Il est donc essentiel que vous exploriez minutieusement les contenus réels des formations qui vous intéressent, ainsi que leur articulation, avant de faire des choix. Prenez également en compte le fait que l’étude d’une discipline donnée peut très bien débuter en L1 (première année de la licence) dans une université et en L2 dans une autre, avec tous les inconvénients que cela peut générer si on n’y a pas prêté attention. Si vous vous inscrivez en fac pour la première fois, inquiétez-vous moins de votre mobilité future d’une fac à l’autre que de la pertinence et de la cohérence de vos choix au sein de la même université. Les prochaines années offriront une meilleure visibilité quant au bon fonctionnement des passerelles mises en place d’un cursus à un autre. 


retour en haut

Inscription

Les dates d’inscription à chaque université sont diffusées à partir de la mi-juin. Par le biais d’Internet, vous pouvez et devez déjà vous pré inscrire en indiquant par ordre de préférence, les filières, les spécialités et les établissements choisis ou, si vous étiez déjà inscrits l’année précédente dans l’université, vous réinscrire.

ATTENTION : Une procédure unifiée permet de saisir les candidatures pour toutes les formations qui figurent dans l’application Admission-post–Bac consultable sur le site : www.admission-postbac.fr.
Normalement cette procédure concerne toutes les inscriptions en L1 de l’Académie de Lyon.

N’oubliez pas, votre dossier doit être le plus complet possible et comprendre :

  • de une à quatre photos d’identité
  • une carte d’identité
  • l’original de votre relevé de notes du baccalauréat
  • la carte de sécurité sociale, pour les ayants droit
  • un justificatif de votre couverture responsabilité civile (pour ce, il faut vous être préalablement affilié à une mutuelle)
  • votre carte d’immatriculation lycéenne sur laquelle se trouve indiqué votre NIR
  • l’original ainsi qu’une photocopie de l’attribution d’une bourse d’enseignement supérieur de l’Académie concernée, si vous en êtes titulaire
  • une attestation d’emploi, si vous êtes salarié
  • votre convocation, pour certaines universités
  • le numéro qui vous a été attribué lors de votre rendez-vous par Internet
  • un chèque ou C.B. en inscription sur place, ou par mandat, en règlement des droits d’inscription.

Pour toutes les pièces prévoir l’original plus une photocopie.

Si votre candidature est acceptée dans deux universités, faites rapidement savoir votre choix final et envoyez une lettre de désistement à l’établissement non retenu.

Lors de votre inscription pédagogique, qui a lieu sur convocation à la rentrée, vous devrez décider des horaires de vos cours en amphi, de vos travaux dirigés et de vos travaux pratiques. Bien que les universités soient autonomes en ce qui concerne la décision d’inscription, elles affirment un principe d’égalité de droit entre tous les étudiants, quel que soit le pays où se sont déroulées les études conduisant au baccalauréat français et un principe d’égalité entre les étudiants eux-mêmes.


retour en haut

Partir étudier a l’étranger

Renseignez-vous auprès du service des relations internationales de votre université il vous donnera toutes les informations utiles sur les destinations possibles, la préparation nécessaire, les concours financiers. On part le plus souvent en troisième ou quatrième année, mais une mobilité se prépare dès l'entrée à l'université. Les enseignants sont des interlocuteurs précieux dans ce domaine également. Pour un descriptif complet des aides à la mobilité voir le site du Ministère des Affaires étrangères, d’EGIDE, de l’Education nationale et du CIDJ.

Le programme SOCRATES, qui regroupe les programmes ERASMUS et COMENIUS, est le principal moyen pour partir étudier en Europe. Vous avez la possibilité d’étudier dans un des pays du Conseil de l’Europe. Ce choix vous est proposé lors de la constitution de votre D.S.E.

Vous pouvez aussi demander une bourse de mobilité. Ces bourses visent à compléter pour certains étudiants boursiers candidats au départ les dispositifs de financement, notamment européens, d’ores et déjà existants. Vous devez vous renseigner auprès des établissements d’enseignement supérieur au cours de l’année universitaire. Reportez-vous à la rubrique bourses et financement des études pour découvrir les aides accordées et plus spécifiquement celles de la Région Rhône Alpes. 


retour en haut

Adresses Universités

BOURG EN BRESSE

CENTRE D'ETUDES UNIVERSITAIRES DE BOURG ET DE L'AIN
3 rue des Casernes
01000 Bourg-en-Bresse
Tél. : 04 74 23 82 30
www.ceuba.com
mail : ceuba@univ-lyon3.fr

  • Droit
  • Économie, gestion, administration de l’entreprise, ressources humaines
  • Langues
  • Histoire, géographie
  • Banque, assurance

LYON

UNIVERSITE CLAUDE BERNARD LYON 1
Domaine Scientifique de la Doua
Siège Administratif
43, boulevard du 11 novembre 1918
69622 VILLEURBANNE CEDEX
Tél. : 04.72.44.80.00
www.univ-lyon1.fr

  • Sciences de la santé
  • Sciences du sport
  • Sciences et technologies


UNIVERSITE LUMIERE LYON 2
18, Quai Claude Bernard
69007 LYON
Tél. : 04 78 69 56 01
www.univ-lyon2.fr

  • Arts, Lettres, Langues
  • Sciences humaines et sociales
  • Droit, Économie, Gestion


UNIVERSITE JEAN MOULIN LYON 3
BP 0638 1 r de l'Université
69239 LYON CEDEX 02
Services centraux et accueil
Site de la Manufacture des Tabacs
6 cours Albert Thomas
69355 Lyon Cedex 08
Tél. : 04 78 78 77 88
www.univ-lyon3.fr

  • Droit
  • Administration des entreprises
  • Langues
  • Lettres et Civilisations
  • Philosophie
  • Technologie


UNIVERSITE CATHOLIQUE DE LYON
Accueil et Standard
25 rue du plat
69288 LYON
Tél. : 04 72 32 50 92
www.univ-catholyon.fr

  • Biologie Biochimie, Biotechnologies
  • Développement local
  • Droit, Droits de l'Homme
  • Environnement Qualité Sécurité
  • Gestion, Management, Commerce
  • Langues, Lettres
  • Philosophie, Psychologie
  • Ressources humaines
  • Relations Internationales
  • Sciences de la famille
  • Théologie
  • Traduction

SAINT-ETIENNE

UNIVERSITE JEAN MONNET
34 rue Francis Baulier
42023 SAINT ETIENNE Cedex 2
Tél. : 04 77 42 17 00
www.univ-st-etienne.fr

  • Arts, Lettres, Langues
  • Sciences humaines et sociales
  • Technologies
  • Droit
  • Management
  • Administration des entreprises
  • Sciences
  • Médecine et Sciences de la Santé

ROANNE

CENTRE UNIVERSITAIRE ROANNAIS
Centre Pierre Mendès-France,
12, avenue de Paris
42334 Roanne cedex
Tél. : 04 77 71 24 80
cur.univ-st-etienne.fr

  • Administration, Economie
  • Management
  • Sciences
  • Sociale
  • Technologie

retour en haut

Elite Média Communication © 2013 - Contact